AstroSignals

DONNÉES ET SCIENCE POUR LA NOUVELLE GÉNÉRATION DE TRÈS GRANDES INFRASTRUCTURES DE RADIOASTRONOMIE

▶︎ UN PROJET SNSF SINERGIA  ◀︎

Comment les tout premiers étoiles et galaxies se sont-elles formées juste après le big bang ?

Quelle est la nature de l'énergie noire ?

Qu'est-ce qui qui génère les vastes champs magnétiques qui imprègnent le cosmos ?

LES NOUVEAUX RADIOTÉLESCOPES NOUS FERONT FAIRE UN GRAND PAS EN AVANT DANS LES QUESTIONS LES PLUS FONDAMENTALES DE LA COSMOLOGIE. ET MÊME DANS L’UN DES PLUS GRANDS MYSTÈRES DE L’HUMANITÉ :

Sommes-nous seuls dans l’Univers ?

Background image credit: SKA Team

News

3-4 février 2021
Le conseil SKAO nouvellement constitué s’est réuni pour la première fois pour lancer officiellement le réseau international de radiotélescopes Square Kilometer Array.

À l’occasion de cette étape, nous avons publié des communiqués de scientifiques suisses sur les médias sociaux. #SKAO

Le projet AstroSignals

Une initiative suisse qui prépare les prochaines opportunités de recherche dans le domaine de la radioastronomie. L’équipe du projet participe et contribue aux nouvelles infrastructures de recherche en travaillant sur :

les synergies en CH et au-delà

la recherche avec les précurseurs du SKA

des nouvelles méthodes d’exploitation des données

le traitement des données du signal

Les activités sont menées dans le cadre de plusieurs nouvelles installations de radio-astronomie en cours de développement. La plus ambitieuse est le Square Kilometre Array. Le SKA est un effort international pour construire le plus grand radiotélescope du monde. Il ne s’agit pas d’un seul télescope, mais d’un ensemble de télescopes, appelé « array », à répartir sur de longues distances. Il sera construit en Australie et en Afrique du Sud et sera ensuite étendu dans ces deux pays et dans d’autres pays africains. Les radiotélescopes de nouvelle génération reposent sur des infrastructures complexes :

100s d’antennes paraboliques et de récepteurs interconnectés

Une installation de calcul à l’échelle du supercalculateur

Plusieurs centres de données autour du globe

Nous nous attendons à ce que d’énormes quantités de données proviennent du SKA et de ses radiotélescopes précurseurs MeerKat, ASKAP et HIRAX (la Suisse est déjà impliquée dans HIRAX). Une fois que les signaux radio auront été reçus et traités, les données seront envoyées à l’un des centres de données spécialisés pour être stockées et mises à disposition pour des recherches scientifiques. Cette énorme entreprise génère de nombreux défis informatiques en termes de traitement des signaux, de science des données et de techniques de calcul haute performance.

Les activités de recherche d’AstroSignals sont un effort bien investi pour permettre aux scientifiques de Suisse et d’ailleurs d’accéder et de contribuer aux installations radio-astronomiques les plus complètes du futur une fois les données arrivées. Il est essentiel d’être préparé et prêt à fonctionner à la pointe de la science et de la technologie.

Les institutions suivantes sont impliquées dans AstroSignals :

EPFL

Laboratory of Astrophysics

ETHZ

Institute for Particle Physics and Astrophysics

UniGE

Observatoire de Genève

UZH

Institute for Computational Science

FHNW

Institute for Data Science

Des experts internationaux contribuent à AstroSignals et donnent accès aux télescopes précurseurs SKA :

  • Paul Hurley, Centre for Research in Mathematics, Western Sidney University, Australia
  • Oleg Smirnov (MeerKAT), Centre for Radio Astronomy Techniques & Tech, Rhodes University, South Africa
  • Baerbel Koribalski (Wallaby/ASKAP), CSIRO Astronomy & Space Science, Australia Telescope National Facility, Australia
  • Kavilan Moodley (HIRAX), UKZN, South Africa
  • Yves Wiaux, Biomedical and Astronomical Signal Processing (BASP), Heriot-Watt-University, Great Britain and Northern Ireland
  • Marc Sargent, Sussex University, Great Britain and Northern Ireland